Les difficultés à Bénarès

Nos actions

Nous soutenir

À propos

Nous contacter





« Même si nos regards sont différents, ne détournons pas les yeux pour ne rien voir »

BÉNARÈS AMITIÉ

Bénarès Amitié est une association loi 1901 crée en 2006 par Siou Garçon qui s'est investie pendant plus de 15 ans auprès des plus pauvres.
L'association souhaite agir contre toutes les inégalités et pour la prise en charge médicale, psychologique et éducative des indiens des bidonvilles de Bénarès (Varanasi) en Inde.
L’association entend :
1. Lutter contre la malnutrition,
2. Faciliter l’accès aux soins,
3. Faciliter l’accès à l’éducation en parrainant des enfants encadrés par d’autres structures compétentes.

La démarche de l’association est guidée par la transparence, l’éthique et le respect des populations les plus démunies.
Bénarès Amitié a la volonté de mettre en place tout ce qui est nécessaire à l'amélioration des conditions de vie des indiens les plus pauvres.

Nous vivons au quotidien avec les indiens les plus pauvres pour toujours être attentifs à leurs besoins réels et y répondre de manière juste.

La plupart des pathologies présentes en Inde ont déserté les pays occidentaux.
Il s’agit de pathologies de la pauvreté, causées par une alimentation déséquilibrée et des difficultés d'accès à l'eau potable.
4 millions de personnes meurent tous les ans de la diarrhée en Inde.
L’Inde est le pays qui a le plus de nouveaux cas de tuberculeux par an. 1,5 million de personnes en meurent chaque année.

En dispensaire, nous traitons des pathologies aisément identifiables, facilement curables et à gros impact sur la mortalité.
Mal ou non traitées, ces pathologies peuvent entraîner la mort.

L’ENFANCE AU CŒUR DE NOTRE PROJET

Parce que les enfants sont plus vulnérables que les adultes, la Convention Internationale des Droits de l’Enfant a été signée par l’assemblée générale des Etats-Unis le 20 novembre 1989 et signée par la France le 26 janvier 1990.
L’enfant a le droit d’être soigné, protégé des maladies, d’avoir une alimentation suffisante et équilibrée et d’aller à l’école.

« Chaque enfant a le droit de jouir du meilleur état de santé possible et de bénéficier des services médicaux et de rééducation »
(Article 24 de la Convention Internationale des Droits de l’Enfant).

« L’humanité doit donner à l’enfant ce qu’elle a de meilleur » Déclaration de Genève